N° gratuit : 04 22 48 01 26

À quoi sert-il de rédiger des articles de blog intéressants pour les internautes en termes de contenu s’ils se positionnent à la 20e page de la SERP (résultats des moteurs de recherche comme Google) ? En rédaction SEO, il faut écrire aussi pour les algorithmes afin de booster naturellement la visibilité des contenus. Comment ? En respectant certaines règles d’optimisation (pas seulement en intégrant des mots clés). Découvrez comment rédiger un article pour le SEO (Search Engine Optimization) comme le ferait une (très bonne) agence experte en référencement naturel.

Qu’est-ce qu’un article SEO ?

Il s’agit de rédiger un article optimisé pour les moteurs de recherche afin qu’il soit naturellement bien positionné dans les pages de résultats. Le Graal étant d’apparaître dans le Top 3 de Google (3e position de la première page).

Pour atteindre cet objectif ultime et être bien indexé, un contenu web doit être rédigé en adoptant un ensemble de bonnes pratiques pour le référencement naturel (SEO en anglais).

L’idée est d’aider les robots d’indexation à analyser correctement l’article de blog proposé sur une thématique afin de le positionner au mieux sur une requête visée.

Plus l’article apportera une réponse ciblée aux internautes et respectera les règles de base du SEO, plus il sera jugé comme pertinent par les algorithmes de Google.

Résultat : le contenu sera classé devant ses concurrents, ce qui augmentera les chances de générer du trafic !

Rédiger un article pour le SEO : 8 points clés à respecter pour réussir

Comment créer un article optimisé SEO ? En respectant les 8 points clés suivants.

1. Trouvez les mots clés pertinents et intégrez-les intelligemment

Première étape essentielle pour rédiger un article optimisé SEO : choisir les mots clés à intégrer

Mots clés et champ sémantique

En effet, pour obtenir une réponse à leurs problématiques, les internautes tapent une succession de mots, appelés mots clés, dans un moteur de recherche. Il s’agit donc d’identifier ceux sur lesquels l’article de blog va se positionner selon le sujet traité.

Pour une optimisation efficace, mieux vaut utiliser des mots clés longue traîne. Il s’agit d’une expression clé de plusieurs mots (“achat machine à café à grain pas cher”) autour du mot clé principal (“machine à café”).

Contrairement aux mots clés de tête, les mots clés longue traîne sont certes recherchés moins souvent, car plus précis. Mais ils sont également moins concurrentiels : il est donc plus facile de ranker sur ce type de requêtes ciblées.

Attention à la sur-optimisation !

Nous vous recommandons d’éviter à tout prix de répéter 50 fois le même mot clé ! En effet, cette technique pratiquée il y a quelques décennies est à proscrire. Cette suroptimisation est très sévèrement pénalisée par Google. Le site utilisant une répétition excessive de mots clés est immédiatement déclassé et se retrouve au fin fond de la SERP. La solution ? Préférez travailler le champ lexical de votre thématique pour enrichir votre texte. Sur le CMS WordPress, le plugin Yoast SEO analyse automatiquement la densité des mots clés, un bon outil pour éviter de suroptimiser vos contenus.

Une intégration stratégique

En rédaction web SEO, il est nécessaire d’intégrer vos mots clés à des endroits stratégiques à savoir dans :

  • L’URL de la page
  • Les différentes balises : balises title et meta description (titre et description affichés sur la SERP), balises H1 et Hn, balise Alt (images)
  • Le chapô (introduction)
  • Le contenu de l’article.

2. Balises title et meta description : soyez attractif et incitatif !

Visibles uniquement sur la page de résultats des moteurs de recherche, ces 2 éléments doivent impérativement contenir les mots clés. Mais pas seulement !

Voici les impératifs à respecter pour chacun :

  • Balise <TiTLE> : 60 caractères maximum, mot clé principal intégré au début
  • Balise <META DESCRIPTION> (résumé de l’article sous le title) : 150 caractères maximum, intégration de mots clés pertinents, incitation au clic (Call-To-Action).
Meta title d'un article Do Ingenia

Meta title d’un article Do Ingenia

L’un et l’autre sont les premiers contenus vus par les internautes lors de leurs recherches. Ils doivent donc leur donner envie de consulter l’article !

À bannir : rédiger des titres ou une meta description trop racoleurs. Mentir sur le contenu proposé pour améliorer le CTR serait finalement pénalisant, car vous perdriez la confiance des internautes.

S’ils sont bien rédigés et incitatifs, votre contenu obtiendra un bon taux de clics. Plus le CTR est élevé, plus les moteurs de recherche améliorent votre classement sur la SERP.

En savoir plus : Les balises HTML à utiliser pour le SEO

 

3. Structurez l’article de blog

Il est important de proposer un texte aéré et structuré. Cela facilite la lecture de l’article par les internautes et l’analyse du contenu par les moteurs de recherche.

Voici 2 éléments clés d’une structure SEO réussie :

  • Utilisation de balises HTML : H1 pour le titre de l’article dans la page, Hn (H2, H3…) pour les sous-titres
  • Moins de 300 mots pour la partie développée dans chaque sous-titre.

Bon à savoir : la balise title (titre apparaissant sur la SERP) et la balise H1 (titre apparaissant sur la page) doivent être différentes.

Voici un exemple de structure optimisée :

Chapô d’introduction avec les mots clés du champ sémantique et un lien interne (page mère…)

H2 : sous-titre avec un mot clé du champ sémantique
H3 : sous-rubrique
paragraphe
H3 : sous-rubrique
paragraphe
H2 : sous-titre avec mot clé principal (ou longue traîne)
paragraphe

Conclusion de l’article

Optimisation de contenu d'après SemRush

L »article SEO idéal selon Semrush

4. Optimisez les images

Il n’y a pas que le texte qui compte ! Les images ont également un rôle à jouer dans l’optimisation d’un contenu web.

Vous devez veiller à :

  • Réduire le poids de vos images afin qu’elles ne soient pas trop lourdes (ce qui ralentirait la vitesse de chargement de la page, un mauvais point pour le référencement naturel).
  • Renommer les fichiers. Intégrez des mots clés en utilisant des tirets (du 6) pour les séparer et éviter les accents et caractères spéciaux.
  • Remplir l’attribut « Alt » de l’image (texte alternatif). Il s’agit de décrire les images en insérant des mots clés pour optimiser les chances de figurer dans le moteur de recherche Google Images.

En savoir plus : Méthodes et outils pour optimiser les images

 

5. Travaillez le maillage interne et externe

Liens internes et liens externes sont indissociables d‘une bonne stratégie SEO. Les liens sont étroitement liés au fonctionnement des algorithmes de Google et lui permettent de comprendre la structure d’un site ainsi que le lien existant entre les pages liées.

Faire des liens internes entre les différents articles de votre blog, sur une même thématique, est par conséquent profitable aussi bien pour les internautes que pour le référencement naturel de votre site.

Vous proposez d’autres contenus connexes directement consultables depuis votre article : vous augmentez ainsi les chances de voir vos lecteurs consulter votre blog plus longtemps. Une manière efficace de réduire le taux de rebond ! De plus, cette pratique améliore et facilite le processus d’indexation de tous les articles, même des plus anciens.

A lire : Comment optimiser la structure de son site Internet pour le SEO ?

Autre axe d’optimisation : les liens externes (sortants). Il s’agit d’apporter un complément d’information à votre contenu en renvoyant vers la page d’un autre site (non concurrent). L’objectif est de fournir une réelle valeur ajoutée, en choisissant de préférence un site d’autorité (fiable et reconnu). Grâce à cette opération, vous devenez une référence sur le sujet traité pour les internautes et les moteurs de recherche.

Bon à savoir : il existe une autre sorte de liens externes, appelés liens entrants (backlinks). Il s’agit des liens de sites web pointant vers le vôtre. Découvrez l’influence du netlinking sur le SEO.

6. Ne faites pas une obsession de la longueur du contenu

Malgré toutes les études consacrées à donner une réponse à la question « Quelle est la longueur idéale d’un contenu pour Google« , rien ne permet de donner un chiffre précis et infaillible. Première chose à garder à l’esprit s’agissant du contenu : le contenu web est protéiforme ! Recettes, fiche produit, article…tous les contenus n’ont pas le même objectif et les mêmes particularités.

Quant à la « taille idéale », le premier réflexe à adopter est d’aller regarder ce que font les concurrents placés dans les premières positions sur le même sujet. Ont-ils publiés un article de 3000 mots ou un texte de 300 mots avec beaucoup d’illustrations ? Il ne faut jamais perdre de vue l’objectif premier de votre contenu : délivrer la réponse la plus complète et la plus qualitative possible à un internaute. Demandez-vous par exemple si vous seriez prêt à passer 15 minutes à lire un pavé après avoir posé la question : « m

Attention : la qualité du contenu prime toujours sur la quantité. Mieux vaut produire un article de 500 mots qui réponde précisément à une problématique plutôt qu’un contenu de 2 500 mots qui “fait du remplissage”.

7. Mesurez vos résultats et ajustez si besoin

Vous publiez des articles de blog régulièrement et vous les partagez sur les réseaux sociaux, c’est bien. Mais pensez à analyser les KPI de vos contenus !

Taux de clics (CTR), nombre de visites, temps de lecture, source de l’audience, taux de rebond… Grâce à ces indicateurs clés, vous pourrez identifier si vos articles sont bien optimisés… ou non ! Et dans ce cas-là, n’hésitez pas à procéder à des ajustements ou à des révisions complètes pour optimiser le contenu.

Différents outils existent pour vous assister dans l’analyse de votre SEO comme Google Analytics ou Google Search Console.

Bon à savoir : faut-il également analyser la concurrence ? Oui ! C’est un bon moyen d’améliorer son propre référencement en trouvant des sources d’inspiration, en se différenciant… Mais attention à ne pas copier les contenus de vos concurrents, même s’ils sont très bien optimisés ! Le duplicate content est fortement sanctionné par les moteurs de recherche.

8. Mettez-vous au SEO vocal

Si la recherche vocale est encore marginale, elle tend à se démocratiser. En effet, de plus en plus de foyers utilisent des assistants vocaux.

C’est donc une pratique à prendre en compte dès maintenant en matière de référencement naturel pour rester dans la course d’une optimisation réussie.

Comment optimiser vos contenus pour les recherches vocales ? En trouvant les questions que se posent les internautes et en y répondant ! La forme “question-réponse” est la plus appropriée au SEO vocal. Pour une même problématique, une personne taperait des mots clés sur son mobile alors qu’elle poserait une question à son enceinte connectée.

Il faut adapter la manière de rédiger un article du langage écrit au langage conversationnel. Nous vous invitons également à consulter notre infographie sur les 15 commandements du rédacteur web, qui reprennent bon nombre de recommandations incluses dans cet article.

Les 15 commandements du rédacteur Web

Bonne nouvelle : atteindre le Top 10, voire le Top 3 de Google, c’est possible ! À condition d’appliquer certaines bonnes pratiques du référencement naturel. Vous savez maintenant comment rédiger un article pour le SEO, c’est-à-dire optimisé pour les moteurs de recherche. Et vous l’avez compris : c’est un point essentiel pour que vos contenus gagnent naturellement, mais significativement en visibilité auprès des internautes.